Telle est notre vocation

Loin des artifices de la scène parisienne, le Théâtre du Nord-Ouest défend avec constance et passion certains principes chers à son fondateur et directeur, Jean-Luc Jeener. Présentation d’un lieu sans pareil et sans compromis.

Ouvert à tous, le Théâtre du Nord-Ouest s’est construit sur quelques principes: mettre le comédien devenu personnage et le texte au centre de l’expérience théâtrale, faire fi du superflu, favoriser un échange et une réflexion constructive entre les auteurs et leur public.

Les auteurs vivants ont les plus grandes difficultés à être joués. Les jeunes metteurs en scène ont le plus grand mal à convaincre les directeurs de théâtre à accueillir leurs spectacles. Etre joué ou jouer se réduit souvent à un problème d’argent. Le Théâtre du Nord a été créé pour lutter contre cela.

Les compagnies de théâtre accueillies en nos murs – trente à quarante chaque année – ne reçoivent qu’une consigne: chercher. Chercher sans relâche l’homme qui se cache sous les textes qu’elles présentent, chercher les détails révélateurs de l’âme humaine qu’ils contiennent, chercher leur sens profond. On ne demande pas à ces compagnies de garantir une recette minimum, on leur demande une exigence artistique.

Les beaux yeux de ma cassette!

A chaque saison, certains spectacles attirent un public nombreux… et d’autres non! Dans cette maison, les recettes d’une saison sont partagées entre toutes les compagnies qui travaillent. C’est une manière concrète de traduire l’esprit fraternel et solidaire qui l’anime.

Le langage courant l’admet, le théâtre est une “expérience humaine” réunissant interprètes, metteurs en scène, techniciens et spectateurs autour d’une œuvre, elle-même issue de la pensée d’une tierce partie: l’auteur. On s’en aperçoit cependant aisément, ce n’est ni de la foule, ni des décors que naît cette étincelle particulière, cette invitation à l’introspection, cet appel à pousser notre pensée au-delà du simple divertissement que peut procurer un texte.

Sur une scène chargée, où de nombreuses maisons rivalisent de frivolités pour attirer leur public, l’amateur de théâtre est en mesure de se demander où justement, est la part humaine de cette expérience. C’est à cette question que, sous l’égide de Jean-Luc Jeener, son directeur, le Théâtre du Nord-Ouest tente de répondre.

Un lien direct entre public et interprètes

Dépouillé, spartiate même, le Théâtre du Nord-Ouest n’invite ni à la contemplation oisive ni aux vaines mondanités. Une fois le “rideau” levé, pour reprendre une expression bien peu adaptée à la réalité du lieu, le comédien se trouve seul sur scène. Ni décors, ni accessoires – ou si peu – pour le soutenir, pour rappeler, par leurs rassurants artifices, que c’est bien d’une pièce, d’une œuvre de fiction, qu’il s’agit.

Sur le comédien, le regard et l’esprit s’arrêtent alors. À mesure que le texte avance, l’illusion devient totale: c’est face au personnage que nous nous retrouvons, plongés dans une logique, dans un cadre qui, sans être les nôtres, nous les rappellent avec une inquiétante clarté. La scène s’efface et devient lieu de vie. Cette expérience tient de la communion, dans le sens le plus séculier, comme le plus régulier du terme. Communion entre l’interprète et l’auteur, entre l’auteur et le public, entre le public et l’interprète. Communion autour de questions, d’attentes, d’espoirs communs qui nous unissent au-delà de leur temps.

La Gazette du Nord-Ouest

Jeener et l’incarnation

«Le théâtre est l’art de l’incarnation et le christianisme est la religion de l’incarnation. Donc dans mon livre, j’essaie de faire ressentir comment l’un peut enrichir l’autre. Le seul problème du christianisme réside dans sa spécificité. La spécificité du christianisme est l’incarnation. Croire à cette folie que Dieu s’est incarné en Jésus. C’est une folie absolue, une chose impossible, ce qui fait que toutes les réflexions, toutes les hérésies, pensent que le Christ est un prophète comme les autres car il est impossible d’être à la fois Dieu et homme en pensant qu’il est impossible d’être une chose et une autre chose simultanément. Cela paraît une folie totale.»

«Au théâtre, nous réalisons cela à chaque seconde car le comédien sur le plateau est à 100% le comédien et à 100% le personnage. Il devient totalement le personnage tout en restant parfaitement lui-même. Donc cela constitue une piste, une manière d’appréhender et de comprendre que cette folie n’est peut être pas aussi folle que cela. Je donne cet exemple sur l’incarnation mais on peut tout aussi bien parler de la liberté. Comment croire à la liberté si Dieu est le maître de tout? Comment croire à la liberté du comédien s’il est entre les mains d’un texte et d’un metteur en scène?»

Texte complet ⇒

Lectures et représentations

Outre les pièces que le Nord-Ouest présente chaque saison, la maison a une longue tradition de lectures publiques qui viennent étoffer et compléter chacune de nos saisons. Organisées en complément des représentations, ces rencontres, à 19 heures ou en matinée, permettent à notre public de découvrir des textes qu’il n’est pas toujours possible de mettre en scène. En particulier, lors d'une intégrale, nous donnons à entendre des textes d’autres auteurs qui permettent de mieux appréhender la vie ou la pensée du dramaturge à l’affiche.

Une ambition pour le Théâtre

Ceux de nos spectateurs qui souhaiteraient approfondir leur connaissance du travail de Jean-Luc Jeener au sein de la Compagnie de l’Élan pourront se procurer Pour un Théâtre Chrétien, édité chez Pierre Téqui, que vous pouvez vous procurer dans le foyer du Théâtre.